Investir dans une propriété viticole : les clés de réussite

vignoble

Parce que le secteur de la viticulture français bénéficie d’un réel prestige, parce que le cadre d’exercice est souvent exceptionnel, parce que de nombreuses personnes cherchent à opérer un retour à la terre et à la nature, parce que la vigne et le vin peuvent représenter un investissement financier fructueux, de nombreux acteurs envisagent d’acquérir un domaine viticole, et pas seulement des grands noms de l’économie nationale. Mais un investissement dans le secteur viticole n’est pas une transaction immobilière classique, mais bien l’achat d’une entreprise. Il est donc essentiel d’appréhender certains points spécifiques pour éviter une mauvaise affaire.

Règle n°1 : se faire accompagner

Si une partie des acheteurs de propriétés viticoles sont issus de ce secteur, d’autres en revanche, qu’ils soient chefs d’entreprises actifs, retraités ou professionnels en reconversion, découvrent parfois un secteur dont ils ne connaissent pas les rouages, les acteurs. Or comme toute profession, les métiers de la viticulture demandent une expertise tant pour le travail de la terre, de la vigne et du vin, mais évidemment pour la gestion d’une entreprise particulière.

Il est donc primordial de se poser de nombreuses questions :

  • Quelle est la valeur tangible du vignoble convoité : propriété, bâtiments professionnels et/ou privés, vignes, terre, chais et dépendance, matériel de cave et de culture…
  • Quelle est la valeur intangible du domaine : clientèle, fonds de commerce, image de marque…
  • Quelle est la valeur des stocks : bouteilles, avance aux cultures…
  • Quelle est la valeur humaine : salariés, reprise ou non des contrats de travail…
  • Quels sont les actifs et passifs

Au-delà de ces éléments, le montage d’un dossier et les étapes de la transaction requièrent une réelle expertise. De ce fait, des cabinets spécialisés dans les transactions vitivinicoles proposent un accompagnement de A à Z pour l’évaluation de la valeur des biens, le montage de dossier de vente ou d’achat d’une propriété viticole, la finalisation de la transaction, etc. Citons par exemple le cabinet ampelio.fr ou encore vineatransaction.com, tous deux experts du secteur

Règle n°2 : se former aux métiers du vin et de la vigne

Une partie non négligeable des acheteurs de domaines viticoles sont des personnes souhaitant se reconvertir et exercer le métier de vigneron. Pour ces personnes bien évidemment, une formation aux métiers du vin et de la vigne est essentielle. Il existe, par ainsi des formations spécialisées telles que le CAP « Vigne et Vin » ou encore le Bac Pro « Conduite et gestion de l’exploitation agricole ».

Bien entendu, la formation devra être adaptée à la conduite envisagée pour la propriété viticole. Un simple investisseur souhaitant déléguer l’intégralité du travail de la vigne et du vin à ses équipes devra avant tout se former aux spécificités de la gestion d’une entreprise viticole. Une personne souhaitant devenir vigneron devra bien entendu apprendre à travailler la vigne et devenir expert en vinification.

grappe de raisin

Règle n°3 : choisir avec attention son placement

Comme toute entreprise, tous les vignobles n’ont pas la même valeur ni les mêmes perspectives d’avenir. Ainsi, que l’on souhaite acheter en Vallée de la Loire, en Bordelais, en Bourgogne, en Languedoc ou encore en Provence, la réalité des marchés n’est pas la même. Certaines régions viticoles offrent des crus plus réputés que d’autres. Le Languedoc et le Val de Loire manquent ainsi souvent de produits d’exception tandis que la Bourgogne ou le Bordelais présentent des étiquettes particulièrement recherchées et des transactions assez rares.

Au-delà du seul facteur de prix de la propriété, il est donc essentiel de choisir avec attention le placement qui sera réalisé, en analysant notamment son potentiel de développement. L’analyse complète du contexte est par conséquent une étape indispensable permettant d’évaluer l’ensemble de la valeur du bien. Là encore, il est souvent préférable de se faire accompagner par ses spécialistes des transactions viticoles qui bénéficient d’un regard expert sur le sujet, d’une bonne connaissance du réseau et de ses acteurs, de points de comparaison entre les propriétés viticoles et vignobles.

Que l’on soit passionné et amoureux de la vigne et de la terre, investisseur, professionnel en reconversion ou vigneron souhaitant développer ou diversifier son activité, l’acquisition d’une propriété viticole nécessite de se poser de nombreuses questions pour valoriser au maximum son investissement et limiter les risques professionnels et financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.