Le régime des Bénéfices Industriels et Commerciaux

Vous possédez un appartement en ville, mais vous ne l’habitez pas, parce que vous vivez dans un logement qui convient mieux à vos besoins. C’est une situation assez courante, puisque de nombreux Français héritent de biens immobiliers lors des successions, et que d’autres choisissent de placer leurs économies dans la pierre. Mais pour ne pas laisser ce logement vide, et pouvoir en plus gagner un peu d’argent, nombreux sont ceux qui décident de mettre leur bien en location. Le loyer perçu permet de payer les frais que l’on ne manque pas de devoir régler, mais aussi de mettre de côté un petit pécule pour le cas où on aurait, un jour, des difficultés. Cet argent, il est imposable. Alors, pourquoi ne pas trouver une solution fiscale intéressante ?

Qu’est-ce que le régime BIC hôtelier ?

Parmi toutes les solutions que les particuliers ont à leur disposition, on trouve le régime BIC – pour “Bénéfices Industriels et Commerciaux”. Pour être parfaitement au courant de ce que cela recouvre, il suffit de regarder en ligne : allez voir le site d’un spécialiste si vous souhaitez être amplement informé. Sachez d’ores et déjà qu’il peut s’appliquer dès lors que l’on met son logement en location meublée. Cela permet de déduire diverses charges des sommes que l’on touche au titre du loyer, parmi lesquelles les charges de copropriété, les primes d’assurance, les honoraires et les frais que l’agence qui s’occupe de la location va immanquablement demander. De même tout ce que l’on pourrait payer pour entretenir et réparer le bien se trouve déductible, ainsi que la taxe foncière et la cotisation foncière des entreprises. Enfin les intérêts comme les frais de dossier dus à l’emprunt le sont aussi.

Les avantages du BIC hôtelier

Contrairement au statut LMNP – Loueur en Meublé non-professionnel – avec le BIC immobilier il est possible de se faire exonérer des plus-values

  • Partiellement si les recettes de la location du bien sont supérieures à 90 000 et inférieures à 126 000 euros.
  • Complètement si elles sont inférieures à 90 000 euros.

C’est un avantage de taille. En effet pour les couples qui ont peu de ressources, la location d’un bien meublé peut être un bon complément de revenus, mais à condition que les sommes perçues ne soient pas liées à des taxes trop importantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *